Capital investissement et RSE : de l’investissement responsable à l’impact positif

Les acteurs du capital investissement entrent, pour de bon, dans une nouvelle phase de maturité en ce qui concerne les critères ESG (Environnement, Social et Gouvernance).

Conscients de leur impact dans l’économie et des attentes de la société à l’égard des investisseurs dans l’économie réelle, ils ont multiplié ces dernières années les réflexions et les actions. Sous l’impulsion de leur association professionnelle France Invest, près des trois quarts des sociétés de gestion se sont engagés à formaliser leur démarche ESG et à appliquer les 6 Principes pour l’Investissement Responsable (PRI)*

Les sociétés investies par le capital investissement français ont créé plus de 200 000 emplois entre 2012 et 2017. Les démarches mises en place commencent à porter leurs fruits et beaucoup d’indicateurs sont en hausse : nombre de due diligences ESG, suivi de la fréquence et de la gravité des accidents du travail, mises en place de rapport ESG, bilans environnementaux. Des sociétés d’investissement comme EURAZEO ont joué un rôle précurseur et accélérateur en la matière.

Alors comment aller plus loin dans cette transformation et alimenter cette dynamique positive ?

De la responsabilité à l’impact positif !

Le point de départ de ces changements doit être celui d’une prise de conscience collective (investisseurs et participations) de la raison d’être de chaque entreprise et de sa place dans les tendances positives à très long terme pour la société.

La transformation du capital investissement sur ces sujets est indéniablement accélérée par celle des entreprises, qui vivent une véritable révolution sur ces sujets. La responsabilité sociale et environnementale ne peut plus être un simple sujet de conformité, de réputation ou de gestion des risques. C’est un enjeu de compétitivité et de pérennité. Alors que la guerre pour les talents fait rage, que le capital humain est sans aucun doute le premier facteur limitant à la croissance et la transformation, la prise en compte des enjeux sociétaux est devenue une condition sine qua non pour attirer les talents, poussant les entreprises à clarifier leur raison d’être, leur position sur les grands enjeux sociétaux, et les actions concrètes menées en la matière.

Pour les équipes de gestion, cela veut dire que la RSE (Responsabilité Sociétale de l’Entreprise) ne doit plus seulement constituer un enjeu défensif, de conformité, qui se traduit par des interdictions ; il s’agit de s’engager dans une finance à impact positif.

L’impact positif, c’est d’abord investir dans des entreprises portées par les nouvelles tendances sociétales.

Chez GENEO capital entrepreneur, nous investissons dans Human and Work car nous croyons que le développement de l’humain au travail est un enjeu fondamental pour les entreprises comme pour la société. Nous investissons chez Pinette PEI car nous pensons que mettre l’innovation et le savoir-faire de cette entreprise spécialiste des composites au service de l’allègement de tous les moyens de mobilité contribue à une planète plus respirable et vivable. Nous investissons chez HOPPEN car nous pensons que l’amélioration de la vie dans les établissements de santé est indispensable pour le bien être du patient comme celui du personnel médical. Nous investissons chez KHARDAM car nous croyons que la transformation de l’immobilier est vecteur de développement durable et de mieux vivre ensemble. Nous investissons chez Dickson PTL parce qu’il améliore la sécurité des hommes et des machines dans les usines du monde. Nous investissons chez VALTUS parce qu’il brise la solitude des dirigeants et leur fournit des talents pour les aider à relever, avec leurs équipes, les défis auxquels ils font face.

Nous plaçons ces raisons d’être au cœur de nos outils d’analyse traditionnels d’investisseur : risques, opportunités, stratégie, positionnement de la marque, création de valeur.

L’impact positif, c’est aussi accompagner concrètement les entreprises investies et les aider à mettre en œuvre leurs idées et programmes d’amélioration de leur impact positif, en se focalisant sur leur cœur de métier et leur manière d’exercer ce cœur de métier.

Chez GENEO, nous avons identifié 14 axes de progrès possibles. En concertation avec les équipes de direction, nous en choisissons 3 ou 4, sur lesquels nous fixons des objectifs chiffrés, et nous les intégrons au sein du « Carnet de Croissance » coconstruit par GENEO et l’équipe dirigeante, aux côtés des autres axes structurels d’accompagnement retenus par les équipes de direction comme par exemple l‘optimisation opérationnelle, la conquête de nouveaux marchés, la croissance externe…

No alt text provided for this image

Pour favoriser la mise en œuvre de ces plans de progrès, nous mettons à leur disposition notre plateforme d’experts dédiés pour aider à leur mise en œuvre. La mise en œuvre est suivie précisément dans le cadre de la gouvernance d’entreprise.

Enfin, nous posons pleinement le sujet du partage de valeur au profit de tous ceux qui y ont contribué, à commencer par les salariés et le territoire, notamment en utilisant les dispositifs existants (actionnariat salarié, participation, intéressement, supplément d’intéressement) et la dernière recommandation de France Invest sur l’abondement du PEE.

C’est ça, la méthode GENEO.

Quelles implications pour les équipes de gestion ?

Mais toutes ces démarches dans les entreprises financées ne sont possibles et légitimes que si nous-mêmes, au sein de nos propres sociétés de gestion, nous nous montrons exemplaires.

Quelle que soit la taille de la société de gestion, il s’agit de mettre en place pour nous-mêmes cette démarche d’impact positif que nous proposons à nos participations et de former les équipes.

Chez GENEO, nous avons intégré à notre propre Carnet de croissance trois axes principaux, facteur de performance et d’impact positif :

  • une gouvernance forte, transparente et exigeante : notre comité stratégique revoit précisément la politique d’investissement, la politique ESG, les conflits d’intérêt et tous les sujets touchant à la gestion juridique et financière du véhicule d’investissement ;
  • la mixité, visée à tous les échelons de la société de gestion, en commençant par les associés ;
  • le partage de valeur : à l’instar d’autres sociétés d’investissement comme RAISE, tous les collaborateurs de GENEO reversent un tiers de leur carried interest à notre Fonds de Dotation destiné à favoriser la création d’emploi dans les territoires délaissés. Nous abonderons les projets philanthropiques de nos actionnaires pour leur donner un double dividende, financier et sociétal

Nous voulons finir cette tribune en nous adressant à tous les jeunes professionnels de l’investissement du non coté.

Réjouissez-vous d’exercer un superbe métier. Notre impact est considérable et croissant dans la société. Plus de 7000 entreprises nous font déjà confiance pour les accompagner, représentant plusieurs millions d’emplois. C’est à la fois une grande joie mais aussi une grande responsabilité à l’égard de leurs salariés et de leurs familles qui attendent que nous jouions un rôle leader pour un monde meilleur.

En inventant le Capital Entrepreneur et le Carnet de croissance, GENEO prend devant vous l’engagement de tout mettre en œuvre pour surperformer et accélérer l’impact de notre métier dans la prise en main des enjeux environnementaux, la croissance du chiffre d’affaires et les créations d’emplois de nos participations.

Fanny LETIER et François RIVOLIER

* Les principes de l’investissement responsable ont été élaborés par les Nations Unies en 2006 : intégrer les questions ESG aux processus décisionnels et d’analyse des investissements; devenir actionnaires actifs et intégrer les questions ESG aux politiques et procédures en matière d’actionnariat; demander, autant que faire se peut, aux participations investies de faire preuve de transparence concernant les questions ESG; encourager l’adoption et la mise en œuvre des Principes dans le secteur des investissements; coopérer pour améliorer l’efficacité de la mise en œuvre des Principes; rendre compte de leurs activités et des progrès accomplis concernant la mise en œuvre des 6 Principes

Partager sur

Copier le lien

Copier
fren